Erdogan : « Personne n’a l’autorité d’intervenir dans les droits de souveraineté de la Turquie »

0

 

Le président Recep Tayyip Erdogan a fait savoir que personne n’avait le droit d’intervenir dans les droits de souveraineté de la Turquie.

M. Erdogan a animé une conférence de presse au Centre du Salon INTEX d’Osaka concernant le Sommet des leaders du G-20.

Le président turc a appelé à demander des comptes aux responsables du meurtre de Khashoggi.

« C’est un devoir prioritaire de la communauté internationale de demander des comptes aux responsables du meurtre de Khashoggi, du plus haut jusqu’au plus bas. Le lieu où ils doivent être jugés est Istanbul. Car c’est ici que le crime a été commis » a-t-il précisé.

« Les Etats occidentaux développés qui préparent des relevés de note sur les droits de l’Homme aux autres pays, ont malheureusement échoué aux épreuves fondamentales sur l’humanité » a fustigé M. Erdogan.

Concernant les réfugiés, le chef de l’Etat turc a indiqué que le fardeau doit être partagé par la communauté internationale pour que la Turquie puisse poursuivre ses aides et services.

Mettant l’accent sur la lutte contre le terrorisme, le président Erdogan a déclaré que le terrorisme est l’ennemi de l’humanité et des valeurs humaines.

« Pour ceci, tous les pays doivent avoir la vertu d’appeler le terrorisme par son nom » a-t-il appelé.

« La protection des putschistes (membres de l’organisation terroriste guléniste FETO) qui ont attaqué la démocratie le 15 juillet 2016, comme des soi-disant ‘réfugiés politiques’, aura un prix  lourd pour l’humanité » a averti le chef de l’Etat turc.

« Lorsqu’il est question de la Turquie, les débats sur la peine de mort sont considérés inadmissibles mais malheureusement aucune réaction n’est donnée aux peines de mort en Egypte » a fustigé M. Erdogan.

« Ni le meurtre de Khashoggi ni la mort suspicieuse du premier président élu d’Egypte, Mohammed Morsi ne doivent tomber dans l’oubli » a déclaré le président Erdogan concernant la mort du premier président démocratiquement élu d’Egypte, Mohammed Morsi.

Au sujet de la structure de l’ONU, M. Erdogan a fait savoir qu’il ne sera pas juste qu’une organisation fondée dans les conditions de la Première Guerre mondiale, reste éternellement ainsi.

« Nous sommes à l’étape de livraison des S-400 et il ne sera pas un comportement digne d’un pays comme la Turquie de nier un accord qui est à ce stade. Cette affaire est terminée. Nos établissements concernés ont annoncé que la livraison commencerait dans la première moitié de juillet et c’est ce que nous attendons pour le moment » a déclaré M. Erdogan concernant les systèmes de défense anti-aérien russe S-400.

Au sujet des sanctions, M. Erdogan a fait savoir que le président américain Donald Trump avait clarifié aujourd’hui cette question.

« Il nous a dit qu’une chose pareille ne se produirait pas » a assuré le président Recep Tayyip Erdogan.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/Ptby45
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire