Iran : Khamenei soutient l’augmentation des prix du carburant

0

 

L’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de l’Iran, a soutenu, dimanche, une décision du gouvernement visant à augmenter les prix du carburant sur les marchés locaux, dénonçant les manifestants qui ont incendié des biens publics lors de leur mouvement de protestation contre cette augmentation.

Les propos de Khamenei, tenus lors d’une allocution diffusée par la télévision iranienne, font suite aux mesures prises par le gouvernement du pays pour faire face aux manifestations contre la hausse de 50% du prix du carburant, notamment la fermeture de l’accès à Internet sur tout le territoire iranien.

Samedi, les manifestants ont laissé leurs voitures le long des principales autoroutes et se sont joints à des manifestations de masse dans la capitale Téhéran et ailleurs dans le pays, a rapporté l’agence Associated Press.

Certaines manifestations ont dégénéré dans plusieurs villes, où des manifestants ont allumé des feux et des coups de feu ont été entendus, a indiqué l’agence.

« Certaines personnes sont mortes et certains centres ont été détruits », a déclaré Khamenei, dimanche, sans donner plus de précisions.

Il a décrit les manifestants violents comme des « bandits… qui ont été poussés à la violence par les ennemis de la révolution et les ennemis étrangers de l’Iran ».

Il a réitéré son soutien à la décision du président iranien, Hassan Rohani, et du gouvernement d’augmenter les prix du carburant. « Le coût de l’essence dans le pays reste parmi les moins chers au monde », a-t-il déclaré.

Les nouveaux prix ont grimpé à au moins 15 000 riyals (13 cents américains aux prix du marché parallèle) le litre d’essence négocié samedi. Une hausse de 50% par rapport à vendredi dernier.

Khamenei a ordonné aux forces de sécurité « d’accomplir leur devoir » et de garder les citoyens iraniens « loin des manifestants violents ».

Les dernières manifestations ont mis une nouvelle pression sur le gouvernement iranien, déjà en difficulté à cause des sanctions américaines, qui ont étouffé l’économie du pays depuis que le président américain, Donald Trump, a unilatéralement retiré son pays de l’accord nucléaire, en mai 2018.

L’Iran était le troisième producteur mondial de pétrole brut, avec une production quotidienne moyenne de 3,84 millions de barils par jour, avant les sanctions imposées par les États-Unis, qui ont débuté en août 2018, réduisant la production quotidienne moyenne à 2,15 millions de barils par jour.

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/NZ8W10
Share.

About Author