Syrie : les aveux d’un jeune arabe enrôlé de force par les terroristes du YPG/PKK

0

 

L’Arabe, Abdel Ghani Khalil al-Handak qui a fui les rangs de l’organisation terroriste et séparatiste YPG/PKK, a expliqué que le groupe envoyait surtout les Arabes sur les lignes de front.

Handak enrôlé de force par les terroristes des YPG/PKK avant l’opération Source de Paix, a expliqué à l’Agence Anadolu à Tall Abyad, l’approche du groupe terroriste vis-à-vis des Arabes et la façon dont il les fui pour se rendre à l’Armée nationale syrienne (ANS).

« J’ai été contraint de rejoindre l’organisation. Je les ai fuis pendant deux ans. J’étais conducteur de poids lourd. Ils m’ont capturé en 2019 et m’ont conduit à leur camp dans l’ouest d’Aïn al-Arab (Kobané) » assure Handak, 23 ans.

Il rapporte qu’il était en détention à Hassaké où il a reçu des formations sur les armes.

« A la formation, il avait des membres du PKK qui étaient de Syrie, et d’autres venus de Kandil en Irak. Ils nous disaient qu’ils vont fonder un Etat, frapper la Turquie. Ils disaient que tout le monde partirait, sauf eux » assure Handak.

« C’est surtout les Arabes qu’ils attrapaient et enrôlaient. Ils envoyaient les Arabes sur les lignes de front et eux restaient derrière. Ils nous discriminaient » poursuit-il.

Handak est passé en contact avec les soldats de l’ANS, 10 jours avant le début de l’opération Source de Paix.

« Je suis resté environ 9 mois avec eux (le PKK/YPG). Si j’avais fui (avant l’opération) ils allaient forcer ma famille à partir. J’ai donc été obligés de rester avec eux » poursuit Handak.

Le président du Gouvernement provisoire syrien Abderrahmane Mustafa avait indiqué avant-hier à Rassoulayn que les personnes qui se rendront à l’ANS seront pardonnées à condition de n’avoir été impliquées dans aucun crime après avoir été contraintes de rejoindre le PKK/YPG.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/6gtPB6
Share.

About Author