«Nous nous réservons le droit de poursuivre l’opération si les engagements ne sont pas accomplis»

0

 

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a rappelé le consensus établi avec les Etats-Unis et la Russie sur la Syrie.

« Nous nous réservons le droit de poursuivre l’opération Source de Paix si les engagements ne sont pas accomplis » a-t-il dit.

Hami Aksoy a déclaré lors d’un point de presse tenu au ministère, que l’opération Source de Paix avait empêché certains pays d’atteindre leurs objectifs dans la région, raison pour laquelle une propagande noire a été lancée contre la Turquie depuis le début de l’opération. La Turquie a donc informé la communauté internationale du contenu, du fondement juridique et de la qualité de l’opération.

Hami Aksoy a précisé qu’un espace de 4.300 kilomètres carrés a été nettoyé du terrorisme grâce à l’opération Source de Paix dont l’objectif est d’éliminer les terroristes de la frontière turque et de mettre en place une zone de sécurité permettant le retour des Syriens.

« Les consensus que nous avons établis avec les Etats-Unis le 15 octobre et avec la Russie le 22 octobre, sont des indices claires de l’acceptation par ces pays de la légitimité de notre opération. Néanmoins, nous nous réservons le droit de poursuivre l’opération Source de Paix si leurs engagements ne sont pas accomplis. Comme l’a indiqué notre président de la République, nous resterons en Turquie jusqu’à ce que la zone de sécurité soit épurée des terroristes » a-t-il dit.

Il s’est également exprimé en ce qui concerne l’extradition des combattants étrangers.

« Une solution permanente passe par l’admission de ces personnes par les pays dont elles ont sont ressortissantes. Elles doivent être jugées et réhabilitées dans leur propre pays. Les pays sources ne doivent pas se soustraire à leurs responsabilités à ce sujet » a-t-il conclu.

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/8Kcdgt
Share.

About Author