Erdogan : « Si nécessaire nous fermerons la base d’Incirlik »

0

 

Le président Recep Tayyip Erdogan a appelé les Etats-Unis à éviter les démarches irréversibles nuisibles aux relations bilatérales.

Lors d’un programme télévisé, le président Erdogan a critiqué l’adoption par le sénat américain du projet de loi reconnaissant les incidents de 1915, comme un soi-disant « génocide », et précisé que cette décision était purement politique.

« Cette décision n’a aucune valeur car elle est entièrement politique » a déclaré le président turc.

Il a informé qu’en temps nécessaire, la Turquie pourrait elle aussi appliquer des sanctions.

« Le fait que les Etats-Unis évitent d’entreprendre des démarches irréversibles pour nos relations est très important pour les deux parties. Quand le moment viendra, nous discuterons avec toutes nos délégations et fermerons la base américaine d’Incirlik si nécessaire. Nous fermerons également (la base de l’OTAN) à Kurecik (Malatya). Si eux (les Etats-Unis) font ce genre de choses, nous ne resterons pas les bras croisés. La Turquie n’est pas un pays tribal. Et puis, est-il possible de ne pas parler des Amérindiens aux Etats-Unis ? L’histoire des Amérindiens est la honte de l’Amérique » a noté Erdogan.

Pour ce qu’il est de la crise syrienne, le président turc a souligné que l’objectif de la Turquie n’est pas le pétrole mais l’instauration de la paix pour les Syriens.

Par ailleurs, il a affirmé qu’utiliser le terme « kurde » pour les notions de l’YPG, branche syrienne de l’organisation terroriste séparatiste PKK, était un manque de respect vis-à-vis des kurdes.

« Nous sommes d’avis que la lutte contre le PKK doit être menée avec la même détermination et coopération que celle contre Daesh. Car ceux qui font une distinction entre organisations terroristes aujourd’hui, sèment les graines des futures catastrophes » a averti Erdogan.

 

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/jgI8rY
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire