L’espérance de vie en Angleterre stagne pour la première fois depuis un siècle

0

 

L’augmentation de l’espérance de vie en Angleterre est au point mort pour la première fois depuis plus d’un siècle, l’espérance de vie des femmes dans les zones les plus défavorisées diminuant, selon un rapport publié mardi par une organisation non gouvernementale (ONG) britannique, influente dans le domaine de la santé.

Le déclin est survenu après une décennie d’austérité par le gouvernement conservateur de centre-droit, l’auteur du rapport blâmant directement les coupures dans les dépenses gouvernementales.

Le professeur Sir Michael Marmot, directeur de l’Institute of Health Equity (IHE) de l’University College London, a déclaré que les résultats de son étude publiée par l’ONG qu’il dirige, étaient «choquants» et que «l’austérité avait fait des ravages» dans son pays.

– L’Angleterre a perdu une décennie

« L’Angleterre a perdu une décennie », a déploré Marmot. « Si la santé a cessé de s’améliorer, cela signifie que la société a cessé de s’améliorer », a-t-il ajouté.

«Approximativement (avec quelques creux et rebonds), l’espérance de vie s’est améliorée d’environ un an tous les quatre ans, de la fin du XIXe siècle à 2010, puis ça s’est considérablement ralenti», a-t-il noté.

« L’austérité a fait des ravages sur l’égalité et la santé, et elle continuera probablement de le faire », a estimé Marmot, ajoutant: « Si vous me demandez si c’est la raison de l’aggravation de la situation sanitaire, je dirais que c’est, hautement probablement, responsable de la stagnation de l’espérance de vie, de la détérioration de la santé des personnes et de l’aggravation des inégalités en matière de santé ».

«La pauvreté a une emprise sur la santé de notre nation – elle limite les options dont disposent les familles pour mener une vie saine. Les politiques gouvernementales de santé axées sur les comportements individuels ne sont pas efficaces. Quelque chose a mal tourné. », note encore le rapport.

«De l’augmentation de la pauvreté infantile et de la fermeture de centres pour enfants, à la baisse du financement de l’éducation, à une augmentation du travail précaire et des contrats zéro heure [minimales de travail garanties par l’employeur, ndlr], à une crise de l’accessibilité au logement et à une augmentation du sans-abrisme, aux personnes n’ayant pas suffisamment d’argent pour mener une vie saine et ayant recours aux banques alimentaires, en grand nombre, à des communautés ignorées avec de mauvaises conditions de vie et peu de raisons d’espérer », a écrit Sir Michael dans la préface ardente du rapport.

– Des recommandations au gouvernement britannique

« L’austérité jettera une ombre sur la vie des enfants nés et grandissant sous ses effets », note également l’épidémiologiste réputé.

Marmot a notamment recommandé au gouvernement de réduire la pauvreté des enfants à 10%, de réduire le travail «de mauvaise qualité, peu rémunéré et peu sûr», de faire en sorte que les gens aient suffisamment d’argent grâce à un salaire minimal national et en garantissant des avantages sociaux minimaux pour que les personnes défavorisées puissent mener une vie saine, ainsi qu’à à investir davantage dans les zones défavorisées.

Les femmes vivant dans les régions défavorisées d’Angleterre ont été les plus durement touchées, leur espérance de vie ayant diminué de 0,3 an par an entre 2010 et 2012 puis entre 2016 et 2018.

Le délégué du Parti travailliste (opposition) à la Santé, Jonathan Ashworth, a déclaré: «Il n’y a pas de plus grande injustice sociale que les personnes qui meurent plus tôt à cause de la pauvreté et de l’austérité. Pourtant, non seulement l’espérance de vie est au point mort pour la première fois depuis plus de 100 ans, mais elle est en fait en baisse pour les 10% de femmes les plus pauvres. »

«Je remercie le professeur Sir Michael Marmot pour son travail dévoué afin de mettre en lumière cette question vitale», a déclaré le secrétaire britannique à la Santé, Matt Hancock.

« Il reste encore beaucoup à faire, et notre programme audacieux de prévention, un investissement record de 33,9 milliards de livres sterling par an dans la NHS [système de santé du Royaume-uni, ndlr], et des projets de premier plan pour améliorer la santé des enfants aideront chaque personne à mener une vie longue et saine », a-t-il noté.

 

 

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/dN1zIy
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire