Coronavirus : Didier Raoult, un génie français qui « défie » l’Etat français ? (étude)

0

 

S’il y a actuellement un sujet qui fait autant parler que le coronavirus en France c’est le personnage du professeur Didier Raoult qui préconise un traitement spécifique contre le coronavirus. Or ses recommandations ne font pas l’unanimité dans le pays.

 

par ÖznurKüçüker Sirene, 25/03/2020

Alors que le coronavirus continue de menacer le monde entier comme le montre un bilan qui devient plus qu’alarmant avec plus de 400.000 cas confirmés et 18.246 morts à l’échelle mondiale, les mesures prises par les gouvernements deviennent de plus en plus drastiques : Le 24 mars près d’un tiers de la population mondiale, soit quelque 2,5 milliards de personnes (dont l’Inde avec 1,3 milliard d’habitants) sont désormais appelées à ne pas sortir de chez elles.

L’Italie, pays désormais le plus touché par le coronavirus devant la Chine d’où la maladie est originaire, compte à ce jour 63.927 cas de Covid-19 détectés et 6820 décès depuis le début de l’épidémie. Quant à la France, le bilan s’alourdit tous les jours depuis le premier décès annoncé le 15 février. Le 24 mars, le pays a franchi le seuil symbolique de 1000 morts avec au total 1100 morts recensés, dont 240 en 24 heures. 10.176 patients dont 2516 en réanimation y sont également hospitalisés.

Le virus semble n’épargner aucun pays ni aucune personne, quoiqu’il affecte les enfants et les jeunes moins que les personnes âgées et vulnérables. Dans un tableau si sombre, le monde entier concentre ses efforts pour trouver « le remède » qui guérit et le vaccin préventif qui sert à protéger.

Si depuis le début de l’épidémie les yeux du monde entier étaient rivés sur la Chine pour ce remède miracle, les déclarations du professeur marseillais Didier Raoult, un expert atypique et visionnaire, mondialement reconnu en matière de maladies infectieuses, ont donné une lueur d’espoir pour tous les patients atteints du coronavirus.

Or si ses recommandations sont suivies par de nombreux pays comme la Corée du Sud ou l’Allemagne, l’Etat français tarde à prendre en considération ses conseils, ce qui suscite de vives polémiques dans le pays.

Traitement du coronavirus préconisé par Didier Raoult

Tout a commencé lorsque plusieurs scientifiques chinois ont révélé que la chloroquine, une molécule très répandue et peu chère utilisée habituellement pour soigner le paludisme, constituait un remède efficace pour soigner le coronavirus. Confirmant que « c’est le médicament probablement le plus utilisé avec l’aspirine dans l’Histoire de l’humanité » et que « les gens qui vivaient en Afrique comme lui prenaient tous les jours de la chloroquine », le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée Infection à Marseille et ses équipes ont précisé le traitement à la chloroquine contre le coronavirus dès fin février.

Presque un mois plus tard, le 16 mars, le professeur Raoult a dévoilé les premiers résultats positifs de ses essais cliniques : sur 24 patients atteints du coronavirus, les trois quarts n’étaient plus porteurs du virus après six jours.

L’originalité des conseils de Raoult ne réside pas là : le professeur préconise aussi et surtout « un dépistage massif » de la population tout en s’opposant à la politique de confinement généralisé qu’il qualifie de moyenâgeuse puisqu’elle bloque la vie sociale et économique du pays. Selon lui si un patient est dépisté et rapidement soigné à la chloroquine, il peut guérir du coronavirus.

Les recommandations de Raoult font polémique en France

Si la chloroquine est autant vantée par Raoult, une partie de la communauté médicale met des réserves sur son efficacité en raison de ses graves effets secondaires en fonction du profil du patient pouvant jusqu’à causer un arrêt cardiaque. La méthodologie suivie par le professeur marseillaisest également vivement critiquée puisque la centaine de patients testés en Chine et les 24 patients testés par Didier Raoult pour mesurer l’efficacité de la chloroquine dans le traitement du coronavirus constituent un échantillon encore insuffisant d’un point de vue méthodologique.

En ce qui concerne le dépistage massif, contrairement à la recommandation de Raoult, depuis le passage au stade 3 en France, toute personne présentant les symptômes du coronavirus n’est pas systématiquement dépistée, ce qui fausse les chiffres des cas de contamination mais aussi empêche la prise en charge de certains patients à temps. Lorsque leur état s’aggrave et qu’ils sont hospitalisés, il est parfois trop tard pour les soigner sachant qu’il n’existe pas non plus suffisamment de lits de réanimation pour tout le monde. En Corée du Sud, un dépistage systématique a permis de faire reculer le Covid-19 alors qu’en France le gouvernement a trop tardé pour opter pour cette méthode.

C’est maintenant que le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé qu’une campagne de tests devrait être organisée une fois le confinement levé. Le ministre a également encadré l’usage de la chloroquine en le réservant uniquement aux « cas graves » en milieu hospitalier.

Dans un tel contexte, sans prendre en compte les consignes nationales de confinement, l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection à Marseille, dirigé par Didier Raoult, a commencé à assurer le dépistage de toutes les personnes « fébriles » qui s’y présentent. De plus, dans cet IHU, ce n’est pas seulement aux « cas graves » mais aussi aux cas modérés que la chloroquine est administrée.

En conclusion, il est intéressant de noter qu’un scientifique qui pense qu’on n’a plus de temps à perdre pour sauver des vies puisqu’on est en situation de « guerre » comme d’ailleurs souligné plusieurs fois par le président français Emmanuel Macron lors de son allocution du 16 mars suscite plus de confiance que l’Etat français qui a tardé à prendre les bonnes mesures à temps chez une grande partie de la population française.

Aujourd’hui, Didier Raoult est considéré comme une sorte de « sauveur » qui agit sans plus attendre les décisions du gouvernement -voire qui ne les respecte pas- conformément à son serment d’Hippocrate, ce qui lui vaut le titre d’expert qui défie l’Etat français surtout depuis qu’il a même quitté le Conseil scientifique d’Emmanuel Macron chargé d’orienter l’exécutif dans la gestion de la crise sanitaire créée par l’épidémie de Covid-19.

Aux polémiques suscitées après les premières déclarations de Raoult au sujet du traitement du coronavirus par la chloroquine s’ajoutent également des débats sur son désaccord avec Yves Lévy, PDG de l’Inserm et mari de l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn sur le statut des IHU. Cela nous conduit à nous demander si ce conflit d’intérêt peut aussi expliquer la marginalisation de l’expert français dans son propre pays alors que même le président américain Donal Trump suit maintenant ses travaux de près. 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/KwSbVx
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire