Erdogan: « Bien que nos religions, langues et pays soient différents, nous partageons le même destin »

0

Le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a affirmé avoir rappelé concernant la pandémie du coronavirus (Covid-19), la réalité selon laquelle nous partageons le même destin bien que nos religions, nos langues et nos pays soient différents.

Dans son discours lors du sommet extraordinaire des leaders du G20 réalisé par vidéoconférence, le chef d’État turc Erdogan a exprimé sa tristesse en raison des pertes dues au coronavirus et présenté ses remerciements à tout le personnel médical qui travaille avec dévouement.

Le président turc a fait savoir que la Turquie a suivi de près la situation depuis le début de la pandémie et pris rapidement les mesures nécessaires.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour ne pas délaisser les pays amis et frères dans cette période difficile. Cette pandémie nous a une nouvelle fois rappelé à nous tous la réalité que bien que nos religion, langues et pays soient différents, nous partageons le même destin. Aucun de nous n’a le luxe d’appliquer des mesures protectionnistes et unilatérales. Un système commercial international reposant sur le libre-échange, la clarté et les règles, jouera un rôle important dans la diminution des effets des mesures que nous avons prises. Dans ce contexte, il est important que toutes les mesures nationales que nous allons prendre, soient conforment aux règles de l’Organisation Internationale du Commerce et encouragent la coopération internationale », a assuré le président Erdogan.

« L’expérience acquise dans le contrôle, la détection et le traitement de la pandémie doit être partagée. La pandémie de coronavirus a une nouvelle fois démontré l’importance de l’esprit de solidarité et de conciliation du G20 », a ajouté Erdogan.

« Nous constatons que de nombreux pays mêmes développés vivent des difficultés très sérieuses dans la lutte contre la pandémie », a-t-il relaté avant d’insister sur l’importance de favoriser des régions du monde les plus fragiles.

Le chef d’État turc a souligné que les réfugiés syriens ainsi que les personnes déplacées de force représentent les personnes les plus désavantageuses face à la pandémie.

« Entre temps, je souhaite moi aussi affirmé que j’accorde une importance à l’aide aux pays en développement et particulièrement à l’Afrique. Je veux également préciser que ce virus qui nous menace tous, nous a également permis de nous retrouver pour lutter contre l’ennemi commun de toute l’humanité. Comme toujours, la Turquie est prête à agir en solidarité et coopération face à cette catastrophe », a-t-il conclu.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/FEJNM8
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire