Coronavirus : La France est-elle préparée au déconfinement à partir du 11 mai ? (étude)

0

 

par Öznur Küçüker Sirene, 24.04.2020

Avec plus de 2,5 millions de cas de contamination et 171 000 décès dans le monde, le coronavirus ne cesse de menacer l’humanité entière. Les Etats-Unis étant actuellement le pays le plus touché par l’épidémie, la France n’en est pas non plus épargnée avec la barre psychologique des 20.000 morts désormais dépassée.

Lors de son allocution très attendue du 13 avril, le président français Emmanuel Macron a reconnu que « la pandémie de coronavirus a révélé des failles en France, et notamment au sein de notre système de santé »et que« la France n’avait pas été assez préparée pour faire face à la pandémie du nouveau coronavirus ».

Lors de cette quatrième allocution, Macron a annoncé une série de nouvelles mesures telles que l’application mobile StopCovid pour tracer les patients infectés ou encore un grand plan à venir pour les secteurs de la restauration et de l’événementiel fortement impactés par le Covid-2019. Il a également suggéré une meilleure rémunération des soignants et l’annulation d’une partie ou de la totalité de la dette africaine. Mais son annonce la plus importante concernait certainement la date de déconfinement progressif qui sera fixée au 11 mai.

Craignant que le gouvernement ne sera toujours pas prêt pour faire face au coronavirus, la plupart des Français restent pourtant sceptiques face à cette annonce de déconfinement progressif.

Les estimations de l’Institut Pasteur sont de nature à justifier ces craintes : Environ 6 % des Français auront été infectés par le nouveau coronavirus à l’heure de sortir du confinement, le 11 mai. Cela veut dire qu’à partir du 11 mai la population française qui n’a toujours pas l’immunité collective peut même vivre une deuxième vague de contagions. L’OMS aussi avertit : « Nous voulons souligner à nouveau que l’assouplissement des restrictions ne signifie pas la fin de l’épidémie, dans aucun pays ».

Emmanuel Macron se montre « rassurant »

Lors de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron a cité de nombreuses failles et insuffisances telles que le manque de masques, blouses et de gels ou encore des procédures inutiles ou des faiblesses de la logistique. Il avait déjà prévenu dès sa première allocution que « nous sommes en guerre » contre le coronavirus.  Or, le chef d’Etat s’est montré rassurant quant à la suite de la crise sanitaire liée au coronavirus en précisant qu’une production comme en temps de guerre s’est mise en place : « Dès l’instant où ces problèmes ont été identifiés, nous nous sommes mobilisés pour produire et acquérir le matériel nécessaire ».

Le premier point sur lequel le chef d’Etat a rassuré les Français c’est le port du masque : « Chaque Français devra être en mesure de se procurer un masque grand public à partir du 11 mai », a-t-il souligné. Si le port du masque peut devenir systématique pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, on ne connaît pourtant toujours pas les modalités de distribution des masques au grand public.

Le deuxième point sur lequel il existe encore des craintes c’est l’insuffisance des tests de dépistage dans le pays. Rappelons que selon Didier Raoult, infectiologue et professeur de microbiologie français, le dépistage massif voire systématique pourrait être l’une des clés du déconfinement. Emmanuel Macron s’est également montré rassurant sur ce sujet en affirmant que la période du déconfinement progressif sera accompagnée d’une campagne de dépistage de toute personne présentant des symptômes du Covid-19. On peut en déduire que même si l’ensemble de la population ne sera pas soumis au test de dépistage à cette date, le nombre de tests va considérablement augmenter dans le pays.

La réouverture progressive des écoles : une annonce qui divise

Le point du discours qui a le plus divisé les Français concerne la réouverture progressive des écoles. C’est sans aucun doute une mesure qui est nécessaire pour que les parents puissent reprendre leur travail. Après une telle longue pause, au bout d’un moment, l’économie devrait certainement être relancée puisque les prévisions économiques pour 2020 sont sombres :  Le produit intérieur brut (PIB) doit reculer de 6 % en France, la pire année de récession depuis la Seconde Guerre mondiale.

Néanmoins, personne ne peut comprendre comment le déconfinement est possible en maintenant la fermeture des cafés, restaurants, salles de concert, musées, etc. tout en autorisant la réouverture progressive des écoles. Les enfants seront-ils capables de respecter les gestes barrières pour éviter la contamination ? Comment éviter qu’ils s’approchent ou se touchent, s’échangent leurs crayons, gommes ou feutres ? Toutes les mesures nécessaires telles que la distribution de masques et de gel seront-elles prises par les écoles pour protéger les enfants ?

« Ce sera sans nous », répond une enseignante à Macron dans son interview avec L’Express. « Le 11 mai, il est hors de question que mon fils aille à l’école dans les conditions de sécurité qu’on nous propose. Je m’appuierais sur l’art du Code civil qui oblige tout parent à assurer la sécurité et la santé à son enfant comme droit de retrait. Maman responsable », s’insurge une autre internaute sur Twitter.Ce qui inquiète d’autant plus les parents c’est que même l’Ordre des médecins s’oppose à un retour à l’école le 11 mai.

Dans un tel contexte, le ministre français de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer, lors de son audition par l’Assemblée Nationale, a déclaré : « Il sera possible de ne pas aller en cours si les parents refusent d’envoyer leur enfant à l’école à partir du 11 mai, mais il faudra être en mesure d’assurer l’enseignement à distance ».

En conclusion, il existe encore beaucoup trop d’incertitudes et de points d’interrogation au sujet du déconfinement progressif à partir du 11 mai. Si la majorité des Français ne se sentent pas du tout rassurés quant à l’efficacité des mesures prises par le gouvernement, la plupart prévoient de poursuivre le confinement jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune ambigüité sur les mesures de protection de la population contre le coronavirus.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/hDZPgO
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire