Les équilibres qui ont changé en Libye (étude)

0

 

Alors que les combats qui durent en Libye depuis longtemps entrent dans une nouvelle phase après le soutien apporté récemment par la Turquie au Gouvernement d’entente nationale (GNA), ce dernier a réussi pour la première fois à progresser face aux forces de Haftar. Les forces du GNA ont réussi à prendre le contrôle des villes d’une importance stratégique sur la ligne ouest du pays jusqu’à la frontière tunisienne. Il a dernièrement lancé une grande opération pour assurer le contrôle à Tarhounah.

Le général putschiste Haftar avait commencé un soulèvement contre le GNA qui a est le gouvernement légitime reconnu par l’ONU, en obtenant le soutien des Emirats arabes unis, de l’Egypte, de l’Arabie saoudite, de la France, d’Israël et dernièrement de la Russie. En constituant une administration alternative à Tobrouk, situé à a frontière égyptienne, le général avait réussi à s’emparer du contrôle dans des régions comme Derne et Benghazi avec notamment le soutien de ces pays. Il avait ensuite œuvré pour prendre les grandes villes comme Tripoli et Misrata contrôlées par le GNA. En agissant non pas comme un élément intérieur de la Libye mais comme le délégué des pays qui le soutiennent, Haftar essaie d’assurer son autorité en Libye pour les intérêts de ces pays. Même si les forces du GNA jouissent d’une légitimité au regard de l’ONU, il n’a pas obtenu suffisamment de soutien international. En dehors du caractère islamique du GNA, l’impact des pays comme les Emirats arabes unis sur les établissements internationaux ainsi que leurs activités de lobbying auprès du président américain Donald Trump, obstruent les efforts du GNA.  

La Turquie quant à elle, adopte une position nette contre la coalition qui soutient Haftar et se place aux côtés du gouvernement légitime. Elle s’efforce à éviter que les scénarios observés en Egypte et en Syrie ne se produisent en Libye et entreprend des initiatives politiques pour que la Libye reste uniquement sous la souveraineté des Libyens. Mais après que les forces de Haftar aient commencé à menacer Tripoli, elle a signé un accord militaire avec le GNA et lancé des démarches qui ont changé la situation militaire sur le terrain. Une unité turque a été positionnée en Libye pour des services de consultation et de formation et le contrôle de l’espace aérien a été assuré à Tripoli et Misrata. Les forces du GNA ont été soutenus avec des équipements militaires développés et surtout les drones TB2 ont mis fin à la suprématie militaire des forces de Haftar.  

Par conséquent, la présence de la Turquie dans le terrain à fait échouer les rêves de Haftar et ses soutiens de s’emparer de Tripoli et les forces du GNA qui ont lancé une contre-attaque ont pu prendre le contrôle de la frontière jusqu’à la Tunisie. La base aérienne stratégique d’al-Vatiyyah dans l’ouest du pays est assiégée et une opération d’envergure est lancée pour prendre Tarhounah qui est une ville importante dans le sud-est du pays. Les réalités sur le terrain ont changé en faveur du GNA.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/iaES9o
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire