Coronavirus, bavures policières, émeutes dans les banlieues : L’épreuve de la France

0

 

par Öznur Küçüker Sirene, 29/04/2020

 

Alors que les Français se préparent au déconfinement progressif dès le 11 mai, le bout du tunnel pour sortir de la crise sanitaire liée au coronavirus semble encore loin pour la France.

Recensant le 28 avril 129 859 cas confirmés de Covid-19 et 23 660 décès liés au coronavirus, la France affiche un bilan qui montre quand même de premiers signes d’espoir avec une diminution des nouvelles contaminations, hospitalisations et admissions en réanimation de patients COVID-19.

Si le pays veut laisser les mauvais jours derrière lui, la catastrophe économique est inévitable. D’après les premières prévisions du gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, la France connaître une chute du PIB d’au moins 8% avec une dette publique accrue d’au moins 15 points de PIB, à 115%.

Si le déconfinement est inévitable pour atténuer les impacts économiques et sociaux du coronavirus, il reste encore un grand nombre de points d’interrogation quant à sa gestion.

Par ailleurs le pays fait face à de nombreux autres problèmes comme des violences policières en pleine augmentation dans les banlieues pendant le confinement, ce qui a d’ailleurs provoqué des émeutes de plusieurs jours sur le territoire français.

Des inconnus d’après le déconfinement

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté, mardi 28 avril à l’Assemblée nationale, son plan de déconfinement progressif en insistant notamment sur trois points : protéger, tester et isoler.

Tout d’abord Philippe a fait savoir que le déconfinement ne s’appliquera pas de la même manière à tous les départements qui seront classés dans différentes catégories (rouge ou vert) selon l’évolution de l’épidémie. Le déconfinement ne signifie pas non plus la permission de déplacement illimité puisque les transports publics seront réduits et les déplacements resteront limités. Si les commerces pourront rouvrir à partir du 11 mai, les cafés et restaurants resteront fermés et les grands rassemblements resteront interdits. Le télétravail sera privilégié autant que possible alors que le retour à l’école sera très progressif avec une réouverture très progressive des maternelles et de l’école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et « sur la base du volontariat ».

Par ailleurs, si Philippe a assuré qu’il y aura désormais suffisamment de masques pour tout le monde, il a précisé que le port du masque serait obligatoire dans « certaines situations » comme dans les transports en commun. Une autre bonne nouvelle c’est que les tests virologiques seront « massifiés » et « remboursés à 100% ».

Si toutes ces mesures semblent encourageantes pour la suite, beaucoup de questions qui restent sans réponse inquiètent pourtant les Français : comment faire respecter les gestes barrières aux enfants qui reprendront l’école ? Comment le pays fera-t-il face à une deuxième vague épidémique qui semble inévitable d’après les études ? Pour Olivier Faure, premier secrétaire du PS : « La réalité, c’est que le plan du gouvernement n’est pas encore prêt, que rien n’est prêt pour le 11 mai, y compris sur l’application Stop Covid ».

Augmentation des violences policières et colère des banlieues

En dehors des questionnements sur l’après-déconfinement en France, d’autres problèmes sociaux s’ajoutent à l’ambiance pesante du pays. Tout a commencé le samedi 18 avril, lorsqu’un jeune homme qui circulait sur une moto-cross s’est fracturé la jambe après avoir heurté la portière d’une voiture de police banalisée.

Or cet incident qui implique la responsabilité de la police dans l’accident d’un jeune n’était que la suite d’une série de « violences policières » ou « des contrôles de police ciblés et violents » que des habitants des banlieues populaires dénonçaient déjà, vidéos à l’appui, depuis le début du confinement. Après cet incident, d’autres vidéos choquantes ont commencé à être diffusées sur les réseaux sociaux, notamment par le journaliste du site engagé Là-bas si j’y suis Taha Bouhafs comme une vidéo montrant un groupe de policiers tenant des propos racistes et offensants après qu’un homme a été repêché dans la Seine et interpellé dans la nuit du 25 avril, à L’Ile Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). On y entend des policiers dire : « Un bicot comme ça, ça ne nage pas ».

Les bavures policières qui s’enchaînent dans cette période particulièrement difficile ont fait ressurgir un malaise social de longue date, qui avait déjà provoqué des émeutes de grande ampleur dans les banlieues en 2005. De nouvelles émeutes se sont produites pendant plusieurs jours en France, comme une envie de dénoncer le traitement brutal et biaisé de la police envers les habitants des quartiers populaires, mettant également évidence les importantes inégalités sociales et économiques entre les différentes zones d’habitation en France. Obligées d’être confinées dans de petites surfaces et subissant d’importantes difficultés économiques qui se sont aggravées pendant cette période, de nombreuses familles dans les banlieues dénoncent les injustices et discriminations devenues encore plus flagrantes pendant le confinement.

Si pour le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, les violences en banlieue ne représentent que des incidents « sporadiques » et non des émeutes, on ne sait toujours pas si les problèmes économiques qui s’accentueront après la crise sanitaire liée au coronavirus peuvent davantage renforcer le gouffre économique et social entre quartiers aisés et zones économiquement défavorisées de la France.

En conclusion, il est clair que la France ne fait pas uniquement face à une crise d’ordre « sanitaire » mais aussi d’ordre économique et social. L’épidémie de coronavirus n’a fait qu’aggraver les fractures sociales et économiques dans le pays. Les choix, décisions et mesures que le gouvernement prendra pour calmer cette atmosphère tendue dans la période de déconfinement détermineront si le pays pourra retrouver ou non la paix et la sécurité sociales et économiques de ses meilleurs jours.

TRT FR

Users who found this page were searching for:

  • critiques bavure policières 2020
Partager cet article? https://turquie2023.com/S7BASH
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire