Erdogan: TANAP est le symbole de l’amitié enracinée entre la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie

0

 

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a rédigé un article concernant le projet TANAP, paru dans le nouveau numéro du magazine géorgien « Diplomat » en collaboration avec le « New York Times ».

Erdogan a rappelé le rôle fédérateur du secteur de l’énergie et affirmé que le projet TANAP, le gazoduc transanatolien, qui achemine du gaz naturel d’Azerbaïdjan en Europe via la Géorgie et la Turquie, est un projet de paix.

« Le TANAP est un exemple concret des relations fondées sur la confiance mutuelle entre la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, c’est un symbole de l’amitié profonde entre nos pays », a-t-il insisté.

Pour le président turc, les transformations vécues en Turquie au cours des 18 dernières années ont permis, dans un sens, d’ouvrir la voie au transfert des ressources énergétiques vers l’Europe.

Erdogan a rappelé que la première étape du projet TANAP a démarré avec la signature d’un accord intergouvernemental entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, le 25 octobre 2011. Puis après y avoir inclus la Géorgie, le 26 juin 2012, le chantier a démarré le 17 mars 2015 pour s’achever le 12 juin 2018.

« Le projet a été concrétisé dans un temps record de trois ans et commença à acheminer le gaz naturel en Turquie » a précisé le président turc. 

« Le projet assurera une sécurité dans l’approvisionnement énergétique à la Turquie comme à l’Europe »

Erdogan a rappelé le coût du projet TANAP, de 6,5 milliards de dollars, qui permettra d’acheminer jusqu’à 16 milliards de m3 de gaz naturel très rapidement, ce qui selon lui, signifie une grande sécurité dans l’approvisionnement énergétique pour la Turquie comme pour l’Europe.

« A terme, sur les 16 milliards de m3, la Turquie en prendra 6 milliards de m3 et l’Europe 10 milliards de m3 », a-t-il détaillé.

Erdogan a rappelé que dans les années à venir, la capacité de TANAP devrait être portée à 24 milliards de m3 d’abord, puis à 32 milliards de m3, sa capacité technique maximale. 

« La carte mondiale de l’énergie change, de nouveaux acteurs et de nouveaux modèles de coopération émergent »

Après avoir assuré que 70% des réserves de gaz naturel sont situées dans la zone géographique de la Turquie, Erdogan a apporté les précisions suivantes :

« Au-delà de la contribution du TANAP à la sécurité de l’approvisionnement énergétique, ce projet montre également la contribution du secteur de l’énergie, qui est devenue un grave problème mondial aujourd’hui avec l’accroissement démographique et la croissance économique. La carte mondiale de l’énergie change, de nouveaux acteurs et de nouveaux modèles de coopération émergent », a-t-il insisté.

Erdogan a ajouté que les deux derniers siècles ont été témoins de grandes guerres pour le contrôle des ressources énergétiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/q4LG4x
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire