France/violences policières : abandon de la méthode d’étranglement lors des interpellations

0

La méthode de l’étranglement utilisée par les forces de l’ordre au cours des interpellations va être définitivement abandonnée, a annoncé lundi le ministre de l’intérieur Christophe Castaner en conférence de presse.

Il s’exprimait alors qu’un mouvement populaire d’ampleur internationale, mobilise des centaines de milliers de personnes contre les violences policières depuis le décès de George Floyd aux États-Unis.

« Ce cri, je l’entends. Le racisme n’a pas sa place dans notre société, notre République » a reconnu Christophe Castaner.

Concédant que « personne ne doit risquer sa vie lors d’une interpellation », il a pris la décision d’abandonner « la méthode dite de l’étranglement ».

Le ministre veut la suspension à « chaque soupçon avéré de racisme » et demande « le renforcement de l’usage des caméras-piétons lors des contrôles d’identité ».

Il estime toutefois qu’il « n’y a pas d’institution raciste » mais que certains « policiers sont racistes ».

« J’ai décidé d’adresser une instruction à tous les services de police et de gendarmerie afin de rappeler le cadre des contrôles d’identité et de veiller à ce qu’il ne soit jamais le paravent des discriminations » a-t-il poursuivi.

Christophe Castaner intervenait quelques jours après avoir signalé au procureur de Paris, l’existence d’un groupe Facebook accueillant 8 mille policiers et gendarmes et dans lesquels de graves propos racistes ont été tenus.

Pour rappel, la France a été condamnée en 2016 pour avoir pratiqué des contrôles au faciès et de nombreuses personnes, essentiellement noires et maghrébines, sont décédées depuis des décennies entre les mains de la police.

Les associations réclament toujours l’abandon du plaquage ventral et l’instauration d’un récépissé de contrôle d’identité pour plus de transparence.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/VCUb2U
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire