Madagascar / France : la tension monte d’un cran

0

La tension a monté d’un cran entre Madagascar et la France suite au lancement par Paris d’une consultation en vue de créer une réserve naturelle nationale sur les îles Glorieuses, faisant partie de 5 îlots éparpillés autour de Madagascar, mais qu’Antananarivo réclamait depuis les années 70 du 20e siècle.

Le différend est hérité de l’ère coloniale. Toutefois, après un statu quo de plusieurs décennies, il a notamment ressurgi fin mai 2019, à l’occasion d’une visite officielle du président Andry Rajoelina à Paris pour demander à son homologue Emmanuel Macron de restituer à Antananarivo les « îles malgaches de l’Océan indien », dites aussi îles éparses.

Les deux parties ont convenu de créer une commission mixte, pour « trouver une solution » à l’horizon de juin 2020, qui coïncide avec le 60e anniversaire de l’indépendance de la grande Île.

Voici, par ailleurs, les principales dates de ce différend.

  • Le 6 août 1896 : le Royaume de Madagascar, composé de plusieurs îles dans l’Océan indien passe sous administration française.
  • Le 26 juin 1960 : Madagascar accède à l’indépendance, mais reste très liée à la France, grâce à des conventions de coopération.
  • Les îles éparses (Bassas da India, Europa, Juan da Nova, Glorieuses et Tromelin) restent sous administration française. La France garde une présence symbolique d’un soldat qui se relaie toutes les semaines. Une présence scientifique est également maintenue, pour contrôler les phénomènes climatiques de la région.
  • Depuis juin 1960, les îles éparses sont placées sous tutelle du ministère des Outre-mer et relèvent du préfet de La Réunion.
  • Depuis 1972, Madagascar revendique les îles Europa, Bassas da India et Juan de Nova, ainsi que le banc du Geyser. L’île Tromelin, elle, est revendiquée par Maurice.
  • Le 12 décembre 1979, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la résolution 34/91, « invitant le Gouvernement français à entamer sans plus tarder des négociations avec le Gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles précitées qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar ».
  • Début des années 2000, la présence d’importants gisements d’hydrocarbures se confirme.
  • En mai 2005, un arrêté autorise la prospection pétrolière sur une superficie de 62000 km carrés au large de l’île Juan da Nova.
  • 29 mai 2019, les présidents Andry Rajoelina et Emmanuel Macron conviennent de créer une commission mixte de négociation pour trouver une solution. Le président malgache projetait la récupération des îles à l’occasion du 60e anniversaire de Madagascar, le 26 juin 2020.
  • 22-25 octobre 2019 : le président Macron, en tournée en océan indien, en l’occurrence à Mayotte et La Réunion, accoste pendant quelques heures sur l’archipel des Glorieuses en compagnie d’une délégation militaire et scientifique et annonce la création sur « ce territoire français» d’une réserve naturelle nationale.
  • Le 18 novembre 2019, une délégation française et une délégation malgache se sont réunies, pour la première fois, à Antananarivo afin de mettre en place la commission mixte convenue et dédiée aux îles Éparses. La commission décide de se réunir une deuxième fois à Paris, mais aucune date n’a été fixée. Le processus a dû être interrompu suite à la propagation dans le monde entier de la pandémie Covid-19.
  • 11 mai 2020 : le ministère français de la Transition écologique et solidarité met en ligne un « projet de décret relatif à la création de la Réserve Naturelle Nationale de l’archipel des Glorieuses »
  • Le 18 mai 2020 : l’ambassadeur de France à Antananarivo, Christophe Bouchard est convoqué par le ministère malgache des Affaires étrangères pour lui exprimer l’opposition ferme de l’Etat malagasy au projet du Gouvernement de la République française de créer une « Réserve naturelle nationale » sur l’archipel des Glorieuses.

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/OLAzER
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire