France : La police proteste contre l’interdiction de la technique d’immobilisation par étranglement

0

 

La police française a organisé, vendredi matin, une manifestation de protestation contre de nouvelles restrictions intervenues à la suite du tollé mondial suscité par la mort de George Floyd, un citoyen afro-américain décédé des suites de violences policières subies lors de son interpellation dans la ville américaine de Minneapolis, dans le Minnesota.

Des mesures telles que la technique d’immobilisation par étranglement, ont notamment fait l’objet d’une décision d’interdiction, annoncée par le ministre de l’intérieur français, Christophe Castaner, qui a également imposé de nouvelles restrictions à la conduite de la police lors des arrestations.

La manifestation des représentants des forces de l’ordre françaises, tenue au pied de l’Arc de Triomphe à Paris, a vu la police garer des dizaines de voitures sur les Champs-Elysées, non loin de la place Beauvau, siège officiel du ministre de l’Intérieur. Les policiers ont défilé derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Pas de police, pas de paix », en référence aux slogans scandés durant les récentes manifestations contre les violences policières, notamment « Pas de paix sans justice ».

Castaner a prononcé lundi une allocution télévisée à la suite de manifestations mondiales contre la brutalité policière en réaction à la mort de Floyd le 25 mai.

Des manifestations ont également eu lieu, la semaine dernière, dans certaines villes de France, à la mémoire d’Adama Traoré, un jeune Français de 24 ans tué, dans des conditions non encore élucidées, selon sa famille, à la suite de son interpellation par des gendarmes français en 2016.

Les syndicats de la police ont eu, vendredi, des entretiens avec le ministre de l’Intérieur pour discuter des changements de techniques utilisées dans le passé, qui ont conduit à l’asphyxie et, parfois, à la mort, comme cela a été le cas pour Floyd.

Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat de « Alliance « , a déclaré après avoir rencontré le ministre : « Un ministre de l’Intérieur doit soutenir sa police. Le ministre a dépassé les bornes « .

Et d’ajouter : « Il n’y a pas que le ministre de l’Intérieur (…) On est venu dire au président Macron qu’il doit soutenir, respecter et considérer sa police »

Le syndicat « Unité SGP Police-Force Ouvrière », a organisé des manifestations, jeudi soir, au cours desquelles les policiers ont jeté leurs menottes au sol pour symboliser leur rejet des nouvelles restrictions.

« Les flics français ne considèrent plus Christophe Castaner comme le supposé ‘premier flic de France’ « , a déclaré Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/kOnJaE
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire