« Notre Prophète est une ligne rouge » : des appels arabes à boycotter la France

0

Les condamnations arabes se sont poursuivies samedi à l’encontre du président français, Emmanuel Macron, suite à ses déclarations « insultantes » envers le Prophète Mohamed, en appelant fortement à boycotter les produits et le tourisme français.

Emmanuel Macron avait déclaré mercredi dans des communiqués de presse, que la France n’abandonnera pas « les caricatures » (insultantes envers le Prophète Mohamed et l’Islam), ce qui a provoqué une grande vague de colère à travers le monde musulman.

La communauté égyptienne en Turquie a indiqué que les déclarations de Macron « incitent aux injures contre le Saint Prophète sous prétexte de liberté d’expression », les décrivant comme « une attaque révoltante et une provocation envers les sentiments des musulmans ».

Dans son communiqué, la communauté égyptienne a appelé à boycotter les produits et le tourisme français.

De son côté, le membre du Conseil présidentiel de la Libye, Mohamed Zayed, a condamné les déclarations de Macron via une publication sur Facebook, tout en affirmant que « la stature du Prophète Mohamed ne sera pas atteinte par des déclarations haineuses ou des caricatures ineptes ».

Au Yémen, le ministre des Ressources halieutiques, Fahd Kafain, a twitté « la republication des caricatures insultantes envers les sentiments des musulmans, y compris les caricatures insultantes envers le Saint Prophète, est un comportement inconscient».

Le ministre yéménite des Waqfs, Ahmed Attia, a également réagi sur son compte twitter « Tout (est acceptable) excepté (les injures envers) le Prophète de Dieu ». Cette publication était jointe par une mention « boycotter les produits français, Macron injurie le Prophète, la France injurie le Prophète de la nation, le Prophète est une ligne rouge ».

En Palestine, le ministère des Waqfs de la Bande de Gaza, a dénoncé, dans un communiqué « cette campagne systématique menée par les journaux français en republiant les caricatures, est insultante envers le Prophète, sans aucun respect envers les sentiments des musulmans ».

Le ministère a appelé les gouvernements arabes et musulmans à prendre une position ferme contre le gouvernement français qui autorise la republication de ces caricatures. Il a également appelé, les musulmans à travers le monde, à boycotter les produits français.

Le mouvement « Hamas » a de son côté affirmé : « nous avons suivi avec grande colère, les déclarations officielles et non officielles qui justifient la publication de ces caricatures insultantes, sous le prétexte de la liberté d’expression».

Dans un communiqué, le mouvement a même averti que cette attitude « pourra conduire à un grand affrontement entre les peuples et les nations, qui ont vivement besoin de valeurs de tolérance et de coexistence, ce qui aura un impact négatif sur la paix et la sécurité à l’échelle mondiale ».

La France a été la scène ces derniers jours, de la publication des dessins et des caricatures insultantes envers le Prophète Mohamed, sur les façades de plusieurs de ses bâtiments.

Outre les caricatures offensives, la France a récemment connu une vive controverse suite aux déclarations d’une grande partie de la classe politique visant l’islam et les musulmans, après l’assassinat d’un professeur d’histoire le 16 octobre dernier, par un citoyen français furieux que ce dernier ait montré à ses élèves des caricatures « offensantes » envers le Prophète Mohamed, sous prétexte de liberté d’expression.

De nombreuses organisations musulmanes ont condamné le meurtre du professeur, mais ont souligné que cela ne peut être dissocié de la condamnation de son comportement relatif à la diffusion de caricatures « offensantes » envers le Prophète Mohamed.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/btih6w
Partagez.

À propos de l’auteur