Erdogan appelle à lutter contre l’islamophobie tout comme l’antisémitisme

0

 

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a appelé à lutter contre l’Islamophobie à l’instar de la lutte contre l’antisémitisme à la suite de l’holocauste.

C’est ce qui ressort d’un message vidéo au sommet tenu dimanche, sur le massacre de Srebrenica après la Seconde Guerre mondiale. 

Erdogan a souligné « qu’il faut combattre l’islamophobie aujourd’hui à l’instar du combat mené contre l’antisémitisme à l’issue de la tragédie de l’holocauste ».

Le président turc a affirmé que les musulmans européens subissent une discrimination systématique et que leurs droits et libertés sont spoliés ».

Il a poursuivi que « cette fausse démarche doit s’arrêter compte tenu de la menace qu’elle représente sur l’avenir de l’humanité et sur la culture de la coexistence entre les croyances ».

Il a relevé que le génocide perpétré à Srebrenica, soit au cœur de l’Europe, reste une marque d’infamie dans l’Histoire de l’humanité ».

Erdogan a déclaré que « les souffrances de 8372 de nos frères bosniaques tués avec sauvagerie nous font toujours mal en dépit de l’écoulement d’un quart de siècle ».

« En cette occasion, je commémore une fois de plus la mémoire de nos chers et je présente mes condoléances aux membres de familles des victimes bosniaques », a-t-il ajouté.

Il a noté que les requêtes de justice de ceux qui ont perdu leurs chers n’ont pas été réalisés complètement, et la plupart des auteurs du génocide n’ont pas reçu le châtiment qu’ils méritaient.

Il a affirmé que ceux qui ont remis les innocents réfugiés sous la protection de l’ONU aux criminels qui ont été à l’origine de leur mort n’ont pas reçu la sanction requise à leurs actes.

Le Président Erdogan a souligné que « le pire c’est que l’humanité, notamment les personnalités politiques et les médias européens n’ont pas tiré les leçons nécessaires du génocide de Srebrenica ».

« Les massacres commis dans de nombreuses régions du monde, allant de la Syrie au Yémen, en passant par l’Arakan et la Nouvelle-Zélande, en sont les exemples les plus douloureux ». 

Le président turc a déclaré que les organisations internationales qui ont surveillé, avec impuissance, le génocide de Srebrenica se contentent également d’observer l’injustice commise ces dernières années. 

Erdogan a souligné que les pays qui donnent au monde des leçons de droits de l’homme et de démocratie mènent désormais la campagne d’islamophobie et de xénophobie.

Il a expliqué que le terrorisme racial se propage comme la peste dans de nombreux pays occidentaux et qu’il bénéficie parfois de soutien et de protection au niveau des chefs d’État. 

Erdogan a souligné que les attaques contre les lieux de culte et de travail, les mosquées et les bâtiments des organisations de la société civile musulmane ont atteint des niveaux dangereux. 

Il a déclaré qu’il y avait des devoirs importants qui incombent à tous ceux qui défendent la démocratie, la liberté, la paix, la justice et tous les hommes d’État à un moment où les défis économiques et les tensions sociales s’intensifient en raison de l’épidémie de coronavirus. 

Erdogan a souligné la nécessité de bravement éclairer les erreurs et de rechercher ensemble des solutions afin que le génocide de Srebrenica ne se reproduise plus. 

« Nous devons également assumer notre responsabilité envers l’avenir de nos enfants, et pas seulement envers nous-mêmes et notre pays », a-t-il conclu.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/t61eJy
Partagez.

À propos de l’auteur