Est de la RDC : plus de 1000 civils tués en 12 mois (ONG)

0

 

Quelque 1018 civils ont été tués dans des attaques attribuées au groupe armé d’origine ougandaise, les Forces démocratiques alliés (ADF), à Béni, un territoire de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), selon un décompte d’une ONG congolaise. 

Le Centre d’étude pour la promotion de la démocratie, la paix et les droits de l’homme (Cepadho) « enregistre 1018 civils massacrés par les ADF au cours de 12 derniers mois. Notre Organisation réitère son appel aux forces armées de la RDC et aux Casques bleus de la MONUSCO à plus d’efforts dans la traque contre les ADF/MTM. Ce qui pourra rassurer, tant soit peu, la population victime de la longue tragédie », écrit l’ONG dans un communiqué publié dimanche et dont une copie est parvenue à l’agence Anadolu. 

Le seuil des 1018 a été atteint après le massacre de 7 civils dans la nuit de samedi à dimanche à Kisima, une localité du même territoire. Les assaillants sont venus du parc national des Virunga et ont incendié 15 bâtiments, dont au moins dix boutiques et 5 habitations, rapporte Cepadho. 
« Les Terroristes ont également réussi à réduire en cendre la cabine d’un camion ainsi qu’une moto », poursuit la même source, affirmant qu’avant de se retirer, « les terroristes ont complément pillé les officines pharmaceutiques, les boutiques et ont détruit méchamment quelques animaux de la basse-cour ». 

Territoire frontalier avec l’Ouganda, Beni est victime d’attaques récurrentes et sanglantes de l’ADF depuis 2014. La dernière attaque de ce groupe armé a visé, mercredi dernier, la localité de Mamove. 19 civils avaient été tués. 

L’ADF est, à l’origine, des rebelles ougandais qui se sont installés dans l’est de la RDC en 1995, fuyant le nouveau régime en Ouganda. Depuis quelques années, leur recrutement s’est élargi à d’autres nationalités jusque dans les rangs des populations congolaises avec qui ils vivent.

Les ADF qui n’ont jamais posé des revendications officielles, sont accusés par Kinshasa et l’ONU d’être responsables de massacres de milliers de civils dans le territoire de Béni, depuis 2014. 

Certaines de ses attaques sont revendiquées par Daesh. Via son agence de propagande, Daesh a revendiqué dimanche dernier l’attaque contre le village de Lisasa où il avait affirmé avoir tué « 19 chrétiens » et brûlé « 45 maisons après un affrontement avec les habitants ». Daesh n’a jamais fourni une preuve de collaboration avec l’ADF.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/rThNGL
Partagez.

À propos de l’auteur