France : deux des policiers ayant passé à tabac Michel Zecler, placés en détention

0

Deux des quatre policiers impliqués dans le passage à tabac du producteur de musique, Michel Zecler, en plein cœur de Paris, ont été incarcérés, selon une information rapportée lundi matin par la presse française.

Les deux autres sont placés sous contrôle judiciaire.

Au terme de 48 heures de garde à vue et un retentissement politico-médiatique sans précédent dans un affaire de violences policières, le juge des libertés a décidé de la mise en examen des fonctionnaires impliqués, sous la qualification de « violences volontaires par personne dépositaire de l’ordre public » et « faux en écriture publique ».

Si deux d’entre eux ont été placés sous contrôle judiciaire, leurs deux autres collègues ont finalement été écroués, indique BFMTV citant une source judiciaire.

Dimanche soir, le procureur de Paris Rémy Heitz avait requis le placement en détention de trois d’entre eux et le contrôle judiciaire pour le dernier, seulement accusé d’avoir lancé une grenade lacrymogène.

Pour justifier ses réquisitions, le procureur de Paris a invoqué le « trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public provoqué par la gravité de l’infraction, les circonstances de sa commission et de l’importance du préjudice qu’elle a causé ».

Il estime, par ailleurs, que le placement en détention des auteurs, évitera « un risque de concertation » entre les mis en cause ou de « pressions sur les témoins ».

Ils « reconnaissent avoir porté des coups, mais l’expliquent par l’attitude de Michel Zecler ».

Leur version tranche quelque peu avec les images de vidéosurveillance révélées jeudi par le média « Loopsider », et qui montrent que Michel Zecler était littéralement roué de coups de poings et de coups de genoux sans jamais les rendre.

La victime a, par ailleurs, fait savoir qu’il a été traité de « sale nègre par ses agresseurs ».

De son côté, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin affirme que s’ils sont reconnus coupables, il demanderait la révocation de ces policiers.

Selon la presse française, l’Elysée a appelé la victime pour lui apporter son soutien et lui réitérer la position du président Macron qui avait déploré des images qui « font honte » à la France.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/sBUl6I
Share.

About Author