Malcolm X : Un combattant pour un monde plus égalitaire

0

 

Dimanche 21 février marque le 56e anniversaire de l’assassinat de Malcolm X, un militant des droits civiques devenu une légende aux États-Unis et dans le reste du monde.

Malcolm X s’est imposé comme un paladin pour une grande partie des Afro-Américains et des musulmans du monde entier, notamment dans le contexte idéologique de la recherche d’une identité post-coloniale.

À travers sa remarquable lutte pour la liberté, l’égalité et la justice, X a marqué de son empreinte l’histoire afro-américaine, mais également celle de l’humanité toute entière.

– Malcolm Little

Malcolm Little est né le 19 mai 1925, à Omaha, dans le Nebraska. Il était le quatrième des sept enfants de Louise Little et Earl Little.

Sa mère était secrétaire d’un syndicat défendant les droits des « Noirs », et son père était un prêtre notamment influencé par Marcus Grays, un militant afro-jamaïcain.

Le père de Malcolm estimait qu’il n’y avait « pas de place pour les Noirs parmi les Blancs en Amérique ». Earl Little plaidait pour l’émigration des Afro-américains vers l’Afrique, d’où leurs ancêtres ayant survécu à la terrible traversée de l’Atlantique, avaient été amenés comme esclaves.

La famille Little a dû déménager plusieurs fois, notamment du fait des menaces constantes des suprémacistes blancs.

– La mort du père de Malcolm Little

Earl Little a été retrouvé mort sur une voie de tramway alors que Malcolm n’était âgé que de six ans. Les autorités ont conclu qu’il s’agissait d’un accident, alors que la famille ne cessait de clamer qu’il avait été assassiné.

Après le tragique événement, Louise Little a été diagnostiquée comme mentalement instable, du fait notamment de sa tristesse et de son désespoir. Elle fut admise dans un hôpital psychiatrique du Michigan, où elle est restée pendant 26 ans.

Malcolm a, de façon intermittente, vécu avec des parents adoptifs. Il a abandonné l’école après que son professeur « blanc » l’a découragé de devenir avocat, ce dernier lui conseillant plutôt d’apprendre la menuiserie.

Malcolm a déménagé à Boston à l’âge de 15 ans, fréquentant ainsi le quartier de Harlem à New York, où il a fait connaissance avec le trafic de drogue, les jeux de hasard et le vol.

En 1946, à l’âge de 21 ans, il fut condamné à 10 ans de prison pour cambriolage.

– Tournant dans la vie de Malcolm Little devenant Malcolm X

En prison, Malcolm a rencontré Elijah Muhammad, leader du mouvement « Nation of Islam » : ce fut un tournant dans la vie du jeune homme.

Après sa sortie de prison en 1952, il a déménagé dans la ville Detroit où se trouvait le siège du mouvement religieux, Malcolm en devenant un membre et défenseur actif.

Rejetant le nom de famille « Little », afin de dénoncer la « culture blanche de l’esclavage », Malcolm a adopté le patronyme « X », pour souligner l’aspect inconnu de son héritage, en référence à ses racines perdues en Afrique.

Malcolm est devenu un ardent défenseur du mouvement « Nation of Islam », qui ne disposait pourtant pas d’une connaissance profonde des enseignements de l’Islam, le jeune Afro-américain clamant la supériorité de la « race noire » en réaction au « racisme blanc ».

En 1958, Malcolm épousa Betty Sanders. Ils eurent ensemble six enfants.

Le militant des droits civiques estimait que la « violence raciste blanche » devait être confrontée à la violence « noire » si nécessaire, ce qui lui a valu d’être rapidement placée sous étroite surveillance par le FBI, le service fédéral de police des États-Unis.

En 1959, Malcolm a effectué des visites dans de nombreux pays dont le Ghana, le Soudan, le Nigeria, l’Iran, la Syrie et l’Égypte, afin notamment de rencontrer des chefs religieux et politiques.

– La division

La pression du FBI et de la police sur Malcolm X et sa famille s’est accrue entre 1960 et 1964, période cruciale pour le mouvement au sein duquel des divergences apparaissaient entre les dirigeants.

En 1964, Malcolm X s’est séparé du groupe et a embrassé l’islam sunnite, l’activiste adoptant le nom musulman d’El-Hajj Malik El-Shabazz.

Renonçant aux croyances séparatistes de « Nation of Islam », le leader charismatique dans la lutte pour les droits civiques, a tenté d’internationaliser le sort des Afro-Américains et des autres opprimés du monde.

Le mouvement Nation of Islam a accru ses menaces et pressions sur El-Shabazz et le 14 février 1965, une bombe incendiaire a visé sa maison. Il a survécu, mais a déclaré que l’attaque avait été menée « sur les ordres d’Elijah Muhammad ».

El-Shabazz a été assassiné dans la salle de bal Audubon de Harlem le 21 février 1965.

Trois membres de Nation of Islam ont été condamnés pour son meurtre.

 

 

AA

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/BPLcUn
Share.

About Author