Un prisonnier palestinien meurt dans un hôpital israélien

Un prisonnier palestinien meurt dans un hôpital israélien

 

Le Club des prisonniers palestiniens (non-gouvernemental) a déclaré ce jeudi qu’un prisonnier est décédé dans un hôpital israélien suite à une négligence médicale.

L’organisme de défense des droits des prisonniers a annoncé dans un communiqué, la nouvelle du « martyre du prisonnier, Sami al-Amour, âgé de 39 ans (…) à l’hôpital israélien Soroka (sud) ».

Le Club a déclaré que « le prisonnier al-Amour, originaire de la ville de Deir al-Balah dans la Bande de Gaza et détenu depuis 2008, est condamné à une peine de 19 ans de prison, et tout au long de ces années l’occupation lui a refusé la visite de sa famille, car sa mère n’a pu lui rendre visite que pendant une durée limitée au début de sa détention ».

La même source a ajouté qu’ « Al-Amour est tombé en martyr suite à la politique et au crime de négligence médicale délibérée (meurtre lent) ».

Et d’expliquer qu' »il souffrait d’une pathologie cardiaque congénitale, qui a été exacerbée par la politique de négligence médicale et le retard pris dans le suivi de son état de santé, ainsi que les dures conditions de détention auxquelles il a été soumis, au cours des années de sa détention ».

Le Club a souligné qu’al-Amour a été transféré il y a quelques jours de la prison Nafha vers la prison Ashkelon, et a ensuite été transféré à l’hôpital Soroka, où il a subi une intervention chirurgicale, qui a échoué. Une seconde intervention a été opérée hier et s’est dénouée par sa mort, ce matin.

Selon l’organisme palestinien, Al-Amour est « une nouvelle victime du crime de négligence médicale, l’une des politiques systématiques les plus utilisées, qui a causé le martyre de prisonniers au cours des dernières années ».

Avec la mort du prisonnier al-Amour, le Club des prisonniers palestiniens a déclaré que “le nombre de prisonniers morts dans les prisons de l’occupation s’est alourdi à 227 martyrs depuis 1967, dont 72 prisonniers morts des suites d’un crime de négligence médicale ».

Et de souligner que « l’occupation continue de détenir les corps de sept martyrs dans ses prisons avant la mort d’al-Amour ».

Le Club a tenu l’administration des prisons d’occupation israélienne pour « responsable du martyre du prisonnier al-Amour, ainsi que du sort et de la vie de tous les prisonniers malades ».

Il en a appelé à toutes les autorités concernées pour « intervenir sérieusement afin de faire cesser ce crime systématique et permanent » contre les prisonniers.

Qadri Abu Bakr, chef de la Commission des affaires des prisonniers (affiliée à l’Organisation de libération de la Palestine), a également tenu le gouvernement israélien, son appareil militaire et l’administration pénitentiaire pour « entièrement responsables du crime du martyre du prisonnier Sami al-Amour ».

Dans un communiqué, il a appelé « la communauté internationale et ses institutions à former immédiatement un comité d’enquête, pour révéler tous les détails du crime ».

Et de déclarer qu’al-Amour est « une nouvelle victime des crimes médicaux qui manquent des fondements moraux et humanitaires les plus élémentaires ».

Pour sa part, le mouvement Fatah a déclaré que la mort du prisonnier al-Amour est le résultat du silence de la communauté internationale et de ses institutions face aux crimes de l’occupation.

Mounir al-Jaghoub, chef du bureau des médias de la Commission de mobilisation et d’organisation du Mouvement, a déclaré dans un tweet : « Le silence des institutions internationales et humanitaires, des Nations unies et du Conseil de sécurité des Nations unies est un encouragement et une approbation tacite pour tous les crimes commis contre les prisonniers. »

Il a exhorté « le monde de sortir de ce silence honteux et déshonorant envers toutes les valeurs humaines ».

Le mouvement de l’Initiative nationale palestinienne a fait l’éloge funèbre du prisonnier al-Amour et a tenu le gouvernement d’Israël pour « entièrement responsable de son martyre ».

Dans une déclaration à l’Agence Anadolu, son secrétaire général, Mustafa Barghouti, a appelé « toutes les institutions internationales à prendre des mesures punitives contre le gouvernement d’occupation et la discrimination raciale ».

Plus tôt dans la journée de ce jeudi, le Hamas a considéré la mort d’al-Amour dans les prisons israéliennes, comme un crime contre l’humanité.

Le porte-parole du mouvement, Hazem Qassem, a déclaré dans un communiqué, que « le martyre d’al-Omour, dans les prisons de l’occupation, à la suite d’une négligence médicale délibérée, est un crime contre l’humanité et une violation de toutes les lois et valeurs internationales ».

Sur les 4 650 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, environ 550 prisonniers palestiniens souffrent de maladies chroniques, telles que le cancer, et les pathologies affectant les reins et le cœur, selon le Club des prisonniers palestiniens.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/Ka8t4o