France : François Hollande confirme avoir initié l’opération Sirli

France : François Hollande confirme avoir initié l’opération Sirli

 

L’ancien président français, François Hollande, reconnaît avoir initié l’opération Sirli mais affirme ne jamais avoir été informé durant son mandat que l’Egypte utilisait cette opération à des fins autres que la lutte contre le terrorisme.

Ce jour, le 29 novembre 2021, lors de l’émission « 20h30 Le dimanche » face à Laurent Delahousse, François Hollande confirme avoir initié l’opération Sirli à la frontière égypto- libyenne mais assure n’avoir « jamais reçu de quelconque information comme quoi ( l’opération) avait été détournée. »

Pourtant, des documents confidentiels publiés sur le site d’investigation « Disclose » affirment que dès les premiers mois de l’opération, les soldats français en mission avaient des doutes sur la finalité réelle de cette opération et en avaient informé leur direction : « Les premiers doutes interviennent deux mois à peine après leur prise de fonction, comme l’indique un rapport de la DRM du 20 avril 2016 » ajoutant que les Egyptiens veulent « mener des actions directes contre les trafiquants ».

Durant près de trois années, les agents de mission français n’ont cessé de faire remonter des informations à leur hiérarchie, pointant du doigt que l’Egypte utilise la présence française à la frontière égypto-libyenne pour des raisons de trafic local et que régulièrement des camions étaient frappés par les forces égyptiennes entraînant la mort de civils. Selon des documents disponibles sur « Disclose », l’armée française a participé à au moins 19 attaques contre des civils en Égypte entre 2016 et 2018, se rendant complice de ces crimes.

Bien après François Hollande, Emmanuel Macron a lui aussi eu connaissance des agissements des Egyptiens comme le mentionne le site « Disclose », « Trois semaines après son entrée à l’Elysée, le chef de l’Etat téléphone à son homologue égyptien (…) Emmanuel Macron assure à son interlocuteur qu’il est « parfaitement informé des opérations en cours » en Egypte.

La motivation de la France à maintenir une opération bien qu’entrainant la mort de civils, repose sur l’intérêt de la France à continuer à vendre des armes à l’Egypte. Selon « Disclose » toujours, sous François Hollande, « l’Egypte a acheté 24 avions de chasse Rafale et deux navires de guerre pour un montant de 5,6 milliards d’euros » et sous Emmanuel Macron, « l’Égypte commande à la France 30 avions rafales pour 3,95 milliards d’euros ».

Une enquête menée par le site d’investigation « Disclose », sur la base de documents confidentiels, d’entretiens et de visites sur le terrain, et rendue publique le 21 novembre courant, a dévoilé au grand jour l’opération Sirli qui aurait débuté le 13 février 2016 et qui devait servir à la surveillance du désert occidental de l’Egypte, à la frontière avec la Libye à des fins antiterroristes. L’opération a, en réalité, été détournée pour neutraliser ou détruire des convois de trafiquants et de contrebandiers grâce aux informations que collectaient et fournissaient les agents français sur le terrain, selon la même source.

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/KaQ8vT