Zemmour s’est vu prescrire un ITT de 9 jours après son premier rassemblement

Zemmour s'est vu prescrire un ITT de 9 jours après son premier rassemblement

Le candidat d’extrême droite Eric Zemmour, qui s’est présenté à l’élection présidentielle qui se tiendra en France en avril, s’est vu prescrire un ITT (incapacité temporaire de travail ) de 9 jours après avoir été touché lors de son premier rassemblement.

L’équipe de campagne de Zemmour a déclaré que le candidat à la présidentielle avait été blessé lorsque quelqu’un l’avait tiré par le poignet juste avant de monter sur scène lors de son premier rassemblement au parc des expositions de Villepinte, près de la capitale, Paris.

Précisant que cette personne a été neutralisée immédiatement puis placée en garde à vue par la police, l’équipe a indiqué que Zemmour s’est vu prescrire un ITT de 9 jours.

Antoine Diers, le porte-parole de son parti, dont le nom a été baptisé par le candidat d’extrême droite à la présidentielle comme « Reconquête », a indiqué qu’ils envisageaient de porter l’incident devant les autorités judiciaires.

En revanche, 5 militants du groupe SOS RACISME, qui participaient au rassemblement avec leurs tee-shirts « non au racisme », ont été tabassés par des partisans de Zemmour devant les caméras.

Une déclaration faite par SOS RACISME, fait savoir que ce sont les pompiers qui ont fait la première intervention aux 2 militants.

De plus, de nombreux membres de la presse qui ont été hués et agressés physiquement lors du rassemblement ont dû quitter les lieux.

La violence qui a dominé le premier rassemblement de Zemmour a été critiquée par de nombreux politiciens de gauche et de droite.

Anne Hidalgo, la candidate du Parti socialiste à la présidentielle, a exprimé son soutien aux militants agressés et condamné les violences dans un message qu’elle a publié sur Twitter.

Hugues Renson, membre de LREM, partenaire majeur du gouvernement, et vice-président de l’Assemblée nationale, a également déclaré dans un communiqué sur Twitter, que le chaos et la violence ont dominé le rassemblement de Zemmour et que ces événements ont perturbé l’unité nationale. Renson a souligné que Zemmour menaçait la France qu’il voulait représenter.

Fabien Roussel, secrétaire général du Parti communiste (PCF), et candidat à l’élection présidentielle, a déclaré que les événements du rassemblement reflètent ce qui se passerait si Zemmour dirigeait la France, et a précisé qu’il était solidaire de ceux qui ont été exposés à la violence.

Jean-Luc Melenchon, le leader et candidat à la présidentielle du parti la France insoumises (LFI), l’un des partis d’extrême gauche, a également affirmé que le rassemblement du candidat d’extrême droite à la présidentielle n’avait pas une compréhension de « l’humanité universelle » et dit que Zemmour est l’ennemi de l’humanité.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/84XWMg