Le Moyen-Orient en 2022 (étude)

Le Moyen-Orient en 2022 (étude)

 

De grands défis pour le Moyen-Orient ont eu lieu en 2021. Bien qu’il y ait eu des réflexions économiques et politiques sur les problèmes de santé causés par le Covid-19, les conflits se sont poursuivis dans de nombreux pays tels que la Syrie et la Libye, et la stabilité politique n’a pas pu être pleinement établie. Le retrait progressif des troupes américaines de la région, en particulier de l’Afghanistan, a offert de nouvelles opportunités géopolitiques à la Chine et à la Russie, ainsi qu’à des pays de la région comme la Turquie et l’Iran. L’année 2022 continue d’abriter à la fois de grandes opportunités et des risques pour la région.      

 

2021 a été une année très difficile pour les pays du Moyen-Orient. En particulier, les effets de la pandémie mondiale se sont fait sentir durement et l’infrastructure sanitaire des pays a été confrontée à de grands défis. Alors que quelques pays dotés d’un système de santé solide, comme la Turquie, ont donné un bon test, de sérieuses difficultés se sont manifestées dans la plupart des pays du Moyen-Orient. Encore une fois, alors que les conflits se sont poursuivis dans de nombreux pays de la région, de la Libye à la Syrie, la stabilité politique n’a pas eu lieu. De même, le retrait progressif des troupes américaines de la région, notamment d’Afghanistan, a créé un vide de pouvoir. Alors que des acteurs étrangers comme la Russie et la Chine tentent de remplir ce champ, d’importantes opportunités se sont également présentées pour la Turquie et l’Iran. Les pays du Golfe, qui avaient auparavant mené une politique pragmatique et belliciste basée sur les États-Unis, ont commencé à essayer de normaliser leurs relations avec les pays de la région en révisant leurs politiques actuelles.

 

Il semble fort probable que l’année 2022 sera façonnée par ces motivations. Autrement dit, d’une part, comment combler le vide du pouvoir qui se produira avec le retrait des USA, d’autre part, le processus de normalisation entre la Turquie et les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et l’Egypte. De même, la normalisation entre les pays du Golfe et l’Iran affectera également le processus à grande échelle. Tous les pays du Moyen-Orient sont à la recherche d’une normalisation, bien que ce soit pour des raisons cycliquement différentes. La spirale de perdant-perdant qui dure depuis un certain temps a épuisé tous les pays. Cependant, bien que les processus de normalisation présentent une image positive pour le Moyen-Orient, l’insistance nucléaire de l’Iran, les menaces possibles d’Israël et l’instabilité dans des régions comme la Syrie, la Libye, le Liban et le Yémen continueront de constituer de grandes menaces. On ne peut pas dire qu’il existe une vision très optimiste d’une véritable normalisation et de la mise en place de son infrastructure institutionnelle avant que les problèmes structurels de la région ne disparaissent.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/qHhjCQ